Bus vu de côté sur une route de terre boueuse

La route de Trinidad à Rurrenabaque en bus secoue !

Sachez-le, beaucoup de routes en Bolivie sont faites uniquement de terre, ce qui ne rend pas toujours les transports très agréables. La route qui relie Trinidad à Rurrenabaque (et inversement bien entendu) est particulièrement redoutable en la matière. Elle est faite de terre et comme il s’agit d’une région humide, les véhicules ont tendance à glisser, créant par la même occasion des trous et des bosses.

Pour que vous sachiez à quoi vous attendre, nous partageons notre expérience de la route de Trinidad à Rurrenabaque avec vous. On vous donne un aperçu, photos et vidéos à l’appui.
A noter : il faut savoir que s’il pleut davantage que lors de notre passage, la route est encore pire. Ceux qui ne sont pas à l’aise en bus, réfléchissez aux alternatives que vous avez, c’est plus prudent. Le mieux étant d’éviter la saison des pluies (entre novembre et mars) car c’est à cette période que la route est la pire.

1) Des bus pas toujours rassurants

Arrière d'un bus jaune en mauvais état en BolivieTout d’abord, vous allez vous rendre dans des bus qui ressembleront à ça (pour notre part nous avons eu un bus un peu mieux, mais ne vous attendez pas à du grand luxe non plus) :

Enfin, vous aurez peut-être un peu plus de chance que nous. Et puis, c’est pas parce-qu’il a l’air en mauvais état qu’il l’est, pas vrai ? :-D

2) Ça commence plutôt tranquille, puis voilà de l’eau

Bus et gens qui vont sur une barge sur une rivière en BolivieSi vous partez de Trinidad, vous aurez un départ tranquille sur une route comme on les aime : une route bitumée ! Mais ça ne durera pas longtemps, vous franchirez ensuite les eaux grâce à un « bateau », un « radeau », une « barge » ou un « chaland » en bois (à vous de choisir le terme qui vous convient le mieux) pas toujours très rassurant. L’eau s’infiltre par endroits et la façon qu’a le bus de monter et descendre de cette plate-forme laisse à désirer. Il a bien failli se renverser une ou deux fois.

3) Vous passez l’eau, puis voilà de l’eau de nouveau

Camion rempli de planches en bois qui coule sur une barge en BolivieAllez, on recommence ! Sachez qu’il est également possible de croiser une barge en train de couler, peut-être même que ce sera la vôtre. En ce qui nous concerne, nous n’avons pas eu de problème mais nous avons assisté à une petite coulée.

On vous montre ça en vidéo ?

4) De nouveau sur la terre ferme !

On y va, c’est la meilleure partie ! Après tout, il y en a qui paye pour avoir ce genre d’adrénaline ! Bon, on vous l’accorde, on exagère un petit peu les faits, mais pas tant que ça, tout dépend du ressenti de chacun (demandez à Marlène ahah). Le bus faisait du tout terrain, j’ai réussi à me cogner au plafond alors que j’étais assis et si nous ne tenions pas fermement ce que nous avions en main, c’était la chute assurée. Bref, pas de quoi s’affoler pour ceux qui aiment les risques et les trajets qui secouent, mais pour les autres, c’est un peu moins drôle. Sachez qu’il sera relativement difficile de dormir, de regarder un film sur votre ordinateur portable, de manger et surtout de vous gratter le… Enfin bref, choisissez vos moments avec rigueur, car le calme se fera rare.

On vous montre à quoi ça ressemble en vidéo ?

5) Une arrivée tant attendue !

Après environ 13 heures, vous arrivez enfin. Vous arriverez probablement de nuit car les horaires proposés étaient en fin de matinée. Une fois au terminal de Rurrenabaque, n’hésitez pas à prendre une moto taxi car le chemin jusqu’au centre ville est assez long, obscur et aventureux. Nous avons marché quelques temps pour finalement nous décider à prendre un taxi à cause du nombre de chiens qui vous montrent les dents et d’un serpent sur lequel j’ai failli marcher. Une fois à Rurrenabaque, soufflez et profitez du spectacle que vous offre la nature ! C’est génial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *